26 Oct 2018 — 5 min read | Posted in [chatbot]

L'Histoire des Chatbots

L'Histoire des  Chatbots

Un chatbot (aussi connu sous le nom de chatterbot, d’agent conversationnel ou encore d’assistant virtuel) est un programme informatique dialoguant avec un utilisateur. Le rêve de tout développeur de chatbot étant de réussir à créer l’ultime version donnant l’illusion à la personne conversant avec celle-ci de parler avec un humain. Nous ne sommes pas encore arrivés à ce stade de développement, mais les agents conversationnels commencent peu à peu à nous envahir. Aujourd’hui, le but n’est non pas de tromper l’humain mais d’automatiser certaines tâches d’un parcours utilisateur afin d’améliorer celui-ci.

Nous vous proposons dans cet article de revenir sur l’histoire des chatbots, leurs origines et leur évolution au fil des années.

Les prémisses de l’IA et des chatbots

Les balbutiements des agents conversationnels ou plutôt les prémisses de la capacité d’interactions au travers du langage naturel commencent au XVIIIe siècle avec la création d’automates androïdes et notamment les têtes parlantes de l’Abbé Mical. Deux têtes de cuivre capables de prononcer quelques phrases.

Têtes parlantes de l'Abbé Mical

S’en suivent ensuite les années jusqu’à la création de TELEVOX un robot capable de prononcer quelques phrases, mais aussi d’effectuer certaines actions en réponse à des tonalités plus ou moins longues. Nous sommes alors en 1927 et à partir de cette date, les innovations n’ont cessé de se succéder. Dix ans plus tard, en 1937 donc, ELEKTRO est créé, outre le fait qu’il pouvait réaliser certaines actions, il disposait également d’un vocabulaire de 700 mots qui lui permettaient alors de faire quelques réponses succinctes.

Nous en arrivons ainsi au très connu Alan Mathison Turing (1912-1954), père des ordinateurs modernes. Né en Angleterre, mais vite abandonné par ses parents, le jeune Turing n’apparaît pas comme l’élève modèle. C’est seulement suite au décès de son proche ami Christopher Morton avec lequel il partageait la passion des sciences qu’il se motive pour réaliser de brillantes études, études qui étaient promises à son cher ami.

En 1931 il entre alors au King’s College de Cambridge, où il s’intéresse fortement aux probabilités et à la logique, notamment aux travaux de John Von Neumann. C’est peu après en 1937 qu’il proposa le concept de la Machine Universelle de Turing, soit la « standardisation » du principe de l’ordinateur moderne. Il sera par la suite, embauché par l’armée britannique afin de décrypter la machine ENIGMA. Celle-ci permettait à l’état major allemand de transmettre à leurs sous-marins des messages cryptés. Le mathématicien parvint avant la fin de la guerre à mettre en place KOLOSSUS qui déchiffrait les messages allemands. Petit aparté, pour les abonnés Netflix vous retrouvez sur la plateforme The Imitation Game, film relatant cet épisode.

Il publia ensuite à quelques années d’intervalles deux articles très intéressants sur l’intelligence artificielle. En 1947, Intelligent Machinery article dans lequel il démontrait la possibilité de créer un cerveau artificiel. Puis en 1950, Computing Machinery and Intelligence, véritable acte de naissance de l’intelligence artificielle. Dans ce texte il expose son idée du jeu de l’imitation, plus connu sous le nom de test de Turing, dont le principe est de mettre en relation un Homme, un ordinateur et un examinateur. Ce dernier en posant une série de questions aux deux premiers, doit pouvoir déterminer qui est l’humain et lequel des deux est l’ordinateur. Dans le cas où l’examinateur n’arrive pas à déterminer ou bien qu’il se trompe, on peut alors considérer que le logiciel est « l’équivalant » de l’esprit humain. Cette idée fut débattue maintes fois dans les années qui ont suivi, mais le test de Turing reste aujourd’hui très célèbre (cf Eugene Goostman).

En 1990, Hugh Loebner a créé un concours s’appuyant sur le test de Turing. L’agent conversationnel satisfaisant au mieux les critères du test est alors couronné et reçoit un prix. Beaucoup de bots célèbres ou qui le sont devenus ont été présentés à ce concours.

L’évolution, du premier chatbot à aujourd’hui

Développé entre 1964 et 1966 ELIZA peut-être considéré comme le premier chatbot de l’histoire. Ce fut en effet le premier à permettre une conversation en langage naturel.

ELIZA Conversation

Développé grâce au script DOCTOR et écrit en langage MAD-SLIP, son principe était assez simple. Présenté comme un psychothérapeute rogérien, elle reformulait la phrase de l’utilisateur en une question. Beaucoup de personnes se sont laissées berner ou se sont attachées à ce pseudo thérapeute virtuel.

Il faut ensuite attendre quelques années pour voir une vraie avancée avec l’arrivée de nouveau langage de programmation et notamment le XML (eXtensible Markup Language). Richard Wallace propose en 1995 le langage AIML et la plateforme Alice (Artificial Linguistic Internet Computer Entity) en open-source, permettant la création de nombreux chatbots et notamment ALICE qui gagna à trois reprises le prix Loebner (2000, 2001 et 2004).

En 2006, nouveau buzz à propos d’un agent virtuel, MS DEWEY ! Campagne marketing de la part de Microsoft, l’interface était composée d’une part des résultats internet d’une recherche composée par l’utilisateur et d’autre part d’un personnage féminin style bibliothécaire qui jouait quelques mini-scènes humoristiques (voir avec quelques connotations sexuelles) pour mettre en avant les résultats de recherche.

Enfin les dernières avancées notables ont abouti à WATSON, développé dans le but de gagner le jeu JeoPardy (jeux télévisé équivalant au « question pour un champion » en France) chose qu’il fit, remportant la première place du jeu face à d’anciens vainqueurs. Après avoir continué de le développer, IBM qui en est le créateur le commercialisa et on le retrouve aujourd’hui dans de nombreuses applications professionnelles.

Encore plus récemment, les assistants virtuels tels que Siri (Apple), Cortana (Microsoft), Alexa (Amazon) ainsi que Google Assistant (Google) pour ne citer qu’eux, sont devenus grands publiques et commencent à faire partie de notre vie quotidienne. En une dizaine d’années, nous sommes passés d’assistant basique virtuel à des chatbots avec lesquels il est possible d’avoir une conversation en langage naturel certes encore assez simpliste, mais qui ne cesse d’évoluer. Nous sommes donc impatients de voir ce qui se passera lors des dix prochaines années. ;)

Vous avez besoin de conseil pour la création de votre chatbot. Contactez nous : contact@mychatbotagency.Com